Le vice-directeur du métro d'Erevan a été licencié sans fondement. Grâce à AM, il a été rétabli au poste

3 Avril, 2019

Le vice-directeur de Métro d’Erévan s'est adressé au cabinet d'avocats "AM", affirmant qu'il avait été licencié du travail et avait imposé deux autres sanctions disciplinaires, sous la forme de réprimande et réprimande sévère.

Notre équipe d'avocats a porté plainte devant le tribunal de première instance de la ville d'Erevan pour avoir reconnu l'invalidité des sanctions disciplinaires, rétabli le travail rendu et confisqué l’arrêt forcé.

Il a été mentionné dans la justification que l'employeur avait violé de manière significative les règles de la législation du travail de la République d'Arménie lors de la résolution du contrat de travail. L'employeur, en particulier, n'a pas exigé d'explication de la part de l'employé pour les violations présumées, ainsi qu’il a appliqué plusieurs sanctions en même temps. En outre, les décisions relatives à l'application de sanctions disciplinaires ont été prises en violation des exigences de la loi de la RA ˝Sur les actes juridiques normatifs˝.
Au cours du procès, le répondeur n’a pas présenté de faits concluants ni de preuve établissant que le contrat avec l’employé avait été résolu conformément aux exigences de la législation et au respect de ses règles.
En conséquence, le tribunal de première instance d’Erevan a décidé de satisfaire la plainte de l’avocat du cabinet d’avocats "AM". Le tribunal a décidé de rétablir l'employé dans son poste précédent et jusqu'à la date de l'exécution effective du jugement pour toute la période de l’arrêt forcé rembourser de l'argent de l'employeur à hauteur du salaire moyen de l'employé.

Commentaires
Facebook
 

Contact us